Journée des jeunes chercheurs du CAS

Le 25 mars 2022, j’ai eu l’occasion de participer pour la seconde fois à la Journée des jeunes chercheurs du CAS, organisée par les doctorants tous les ans depuis 2011. Cette année, elle était chapeautée par Samuel MALBY, Eléana SANCHEZ, Camille LE GALL et Alice GUERRIN (que je félicite à nouveau pour leur rigueur et leur efficacité !) et accueillait toute réflexion sur le visible et l’invisible.

J’ai participé pour la première fois à cette journée en 2016, sur le thème des Paradoxes. Alors étudiante de Master 2, j’avais abordé cet exercice avec crainte et excitation. Mes expériences de prise de parole en public se résumaient lors à des exposés en classe, et le format de la communication m’intriguait autant qu’il m’effrayait. J’ai tout de même décidé de sauter le pas, poussée par la curiosité, l’envie de me dépasser et mon attrait pour la recherche. Malgré tout le stress accumulé, ce fut une expérience très enrichissante et, disons-le, même très agréable ! J’ai présenté en anglais l’un des thèmes centraux de mon mémoire, à savoir le fait que Flannery O’Connor fait usage de nombreux paradoxes pour mieux accompagner et susciter la venue de la Grâce.

Le 25 mars dernier, c’est en tant que doctorante que j’ai partagé mes recherches avec mes camarades et collègues, sans oublier les étudiants de M2 qui ont répondu présent. Ma communication examinait l’hyper-visibilité paradoxale des personnages reclus qui, bien que censés rester dans l’ombre, sont indéniablement mis en lumière par l’écriture. La première partie traitait de l’actualisation de l’archétype du reclus, dont l’hyper-visibilité paradoxale est mise à profit pour créer des personnages énigmatiques dont les caractéristiques amènent le lecteur à repenser la définition de la réclusion. La deuxième partie étudiait la dimension fantomatique des reclus qui sont des figures intermédiaires dont la présence obsédante hante le récit, et la troisième partie arguait que l’invisibilité propre aux reclus est vectrice de révélations, tant sur le plan narratif que dans la caractérisation des personnages.

Aux étudiants de master qui, peut-être, sont tombés sur cet article : je ne peux que vous encourager à participer à ce type d’événements si vous envisagez une carrière dans la recherche. Les journées consacrées aux jeunes chercheurs se déroulent généralement dans une ambiance très bienveillante, ce qui est parfait pour mettre le pied à l’étrier ! 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Gourdoux (7 juin 2022). Journée des jeunes chercheurs du CAS. Eva Gourdoux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ombc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search