Eudora Welty (L3, UPPA) : Cours 3

Adressé aux étudiants de L3 LLCER de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (semestre 6), ce cours porte sur un corpus de nouvelles de Eudora Welty (issues de A Curtain of Green, 1941, et de The Wide Net and Other Stories, 1943).

Après une présentation approfondie de la biographie, de l’œuvre et du style de Welty, ce cours magistral se penche plus spécifiquement sur la représentation des personnages féminins, la photographie et ses effets sur l’écriture de Welty, la place de la politique dans la vision de l’auteur.

Les TD permettent aux étudiants de mettre en pratique ce qu’ils ont appris à la faveur de commentaires de textes et, surtout, d’un travail privilégié sur la dissertation.


Intitulé “Welty et la poésie du corps” (diaporama en pdf disponible ici), ce troisième cours magistral s’intéresse à la représentation des corps des personnages féminins reclus dans les nouvelles de Welty. Il part du postulat de Robert Penn Warren qui, dans “Love and the Separateness in Miss Welty”, souligne l’omniprésence de la solitude dans les nouvelles de Welty. Il remarque que, d’ordinaire, les personnages solitaires ne peuvent s’inscrire que dans deux trajectoires : “The drama which develops from this basic situation is of either of two kinds: first, the attempt of the isolated person to escape into the world; or second, the discovery by the isolated person, or by the reader, of the nature of the predicament » (Warren 250-251). Pourtant, les personnages féminins de Welty, qu’ils s’enfuient ou restent isolés, se retrouvent confrontés à l’existence et à l’expression de leur propre désir, ouverture à soi autant qu’à autrui. L’écriture de Welty lève le voile sur des corps spectaculairement traversés de pulsions érotiques, donnant à voir au lecteur ce qui aurait dû lui être caché. À cette dynamique s’ajoute le regard que le personnage porte sur son propre corps : l’espace du texte devient l’occasion pour le reclus de découvrir son propre désir, de s’approprier ce corps qui n’est censé ni être vu, ni être vécu. Nous explorerons donc, dans ce troisième cours, le paradoxe qui oppose a priori corps solitaires et érotisme.



Citer ce billet
Eva Gourdoux (2024, 25 mars). Eudora Welty (L3, UPPA) : Cours 3. Eva Gourdoux. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nnn

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search