Lettre à l’anglais

Depuis que j’enseigne à l’INSPE Toulouse Occitanie, je commence le semestre par un petit exercice créatif qui surprend toujours les étudiants : je leur demande d’écrire une lettre à l’anglais.

Les premières réactions sont toujours les mêmes : “à l’anglais…? Une personne…? Mais je manque de vocabulaire ! Mais madame, c’est trop créatif pour nous !”

Pourtant, la surprise passée, les étudiants se laissent prendre au jeu et saisissent cette première occasion de briser la glace… tant avec l’anglais qu’avec leur professeur, à qui ils écrivent aussi de manière implicite, puisque le travail est relevé.

A l’INSPE, tous les étudiants doivent valider un niveau B2 en anglais afin d’obtenir leur diplôme de master MEEF : ils ne choisissent pas d’assister à mon cours. Beaucoup s’en passeraient bien, car ils ont des difficultés en anglais et/ou n’aiment pas cette matière. La motivation des étudiants ainsi que leur niveau sont donc des paramètres très variables : c’est pour cette raison que j’ai choisi d’apprendre à les connaître par le biais de la langue.

Ce premier travail d’expression écrite est l’occasion de jauger leur niveau à l’écrit, mais aussi de prendre connaissances de leurs éventuels blocages et points forts : le but est de décrire son rapport à l’anglais. Ce dernier peut être conflictuel, passionnel, serein etc… Leur demander de voir l’anglais par le prisme relationnel les aide non seulement à mettre le doigt sur ce qui ne va pas, mais aussi à verbaliser leur rapport à la langue. Cet exercice a aussi le mérite de permettre au professeur de mieux comprendre le point de vue des étudiants.

Les consignes sont généralement les suivantes :

  1. L’étudiant doit considérer l’anglais comme une personne
  2. L’étudiant doit prendre du recul sur sa pratique de l’anglais (identifier ses points forts, ses points faibles, l’historique de son apprentissage)
  3. Le ton peut être très libre (dans la limite de la politesse, bien évidemment), le registre de langue peut être familier (les expressions idiomatiques familières sont autorisées)
  4. La lettre droit respecter le format épistolaire
  5. La lettre doit être écrite en anglais, et doit faire de 200 à 300 mots

Cet exercice est toujours très fructueux, et permet aux étudiants d’avoir un premier retour sur leur anglais écrit. Il peut être facilement adapté à d’autres matières : écrire à la civilisation, la linguistique, la littérature etc… Give it a try!


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Gourdoux (15 décembre 2022). Lettre à l’anglais. Eva Gourdoux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/omcd


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search