À l’ombre de la marge…

Je suis très heureuse d’annoncer la publication de mon tout premier article scientifique. Intitulé “À l’ombre de la marge : les personnages reclus du Sud des États-Unis”, il est paru dans le n°2 de la revue Pagaille (“Les Personnages de l’ombre dans la littérature et les arts”) ce jeudi 15 décembre 2022. Un joli cadeau de Noël avec un peu d’avance !

La revue Pagaille est une revue numérique de littérature et médias comparés dirigée par Julie Brugier (Université Paris Nanterre), Marion Brun (IUT de Valenciennes), Hélène Dubail (Université Paris Nanterre) et Amandine Lebarbier (Université Paris Nanterre). Le comité scientifique change selon les numéros. Leur premier numéro, “Marâtre Nature. Quand Gaïa contre-attaque”, est sorti en 2021.

Mon article prend l’expression “personnages de l’ombre” au pied de la lettre. En plus d’étudier les personnages secondaires de mon corpus de thèse (notamment Mr. Coldfield et Henry Sutpen dans Absalom, Absalom! de Faulkner), je m’attache à démontrer que les reclus, personnages de l’ombre par excellence car mis de côté, sont révélés par l’écriture qui les surexpose. Vous trouverez ci-dessous le résumé de mon article, également disponible sur le site :

“Les reclus, personnages de l’ombre par excellence, sont mis à l’honneur par l’écriture de William Faulkner (1897–1962), Flannery O’Connor (1925–1964) et Eudora Welty (1909–2001). Malgré leurs particularités respectives, Faulkner, O’Connor et Welty sont issus de la même région, un Sud hanté par son passé, sa violence et sa gloire fanée. O’Connor et Welty ont écrit et publié dans l’ombre du géant Faulkner. Elles façonnent des reclus parfois plus inattendus que chez leur prédécesseur, plaçant à l’orée du monde des jeunes femmes dans la fleur de l’âge, figures tragiques (et parfois comiques) de la réclusion, là où Faulkner joue d’archétypes plus traditionnels. Le traitement littéraire de personnages reclus recourt immanquablement à une forme d’obscénité, le narrateur mettant au-devant de la scène ceux qui, au regard de l’étymologie même du terme « obscène », sont censés en être exclus. Cet article s’efforce donc, par le biais d’une analyse stylistique, narratologique et contrastive, d’étudier la mise en lumière de figures archétypales intrinsèquement liées à l’ombre. Il s’agit d’analyser les procédés narratifs permettant de caractériser les reclus, et la manière dont le style des trois auteurs les révèle. Les reclus, bien que personnages principaux, évoluent à l’ombre de l’isolement et de la marginalité. Cette analyse s’attache donc à démontrer la puissance symbolique et textuelle des personnages de l’ombre, archétypes réécrits, revisités, et bien plus visibles qu’il n’y paraît”.

Je profite de cet article pour remercier à nouveau le comité scientifique et le comité de rédaction, et tout particulièrement Julie Brugier avec qui j’ai eu le plaisir d’échanger. Ce fut une très belle expérience, et je vous recommande chaudement cette revue aux graphismes superbes (un véritable plaisir pour les yeux, bravo à Hélène Dubail) et à l’équipe très sérieuse et bienveillante !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Eva Gourdoux (17 décembre 2022). À l’ombre de la marge… Eva Gourdoux. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/omce


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search